Maurice Lasalle

maurice lasalle

Photo archives Jean-Marie Loret
Maurice Lasalle (1895-1915)

Maurice Lasalle était un garçon doué. Il est né le 16 avril 1895 à Sillery. Il passa une partie de son enfance et son adolescence au n° 33 de la rue du Petit-Sillery, alors rue Fortel, où ses parents avaient acquis une maison en 1901. ll fit ses études à l’école de commerce de Reims et obtint des bourses pour effectuer des stages à l’étranger. Il passa ainsi deux ans (1912-1913) à Berlin puis partit à Londres où il se trouvait au moment de la déclaration de guerre du 3 août 1914. Il avait alors 19 ans et manifesta le désir de s’engager dans l’armée britannique qui lui offrait un poste d’interprète. Il semble qu’il en fut dissuadé par ses parents qui lui conseillèrent de revenir en France. Sans doute estimaient-ils que son devoir était de servir dans l’armée française. A la fin de 1914, il fut incorporé dans l’armée française et fit ses classes à Coëtquidan. Après quelques mois d’instruction, il fut nommé caporal et envoyé au front dans le 3e Bataillon du 94e régiment d’Infanterie. Il a laissé un journal de guerre qui commence à la date du 23 mai 1915 et se termine le 12 septembre de la même année.
Son père, Henri Lasalle, réfugié à Ambonnay, lui donne des nouvelles de Robert Bacquenois son ami, dans une lettre du 22 septembre 1915 qu’il lui adresse au front. L’a-t-il reçue ? Il fut tué à son créneau, dans sa tranchée, le 26 septembre 1915, d’une balle dans la tête, à quelque 20 km de son village, quelque part dans la région d’Aubérive-Souain-Tahure au cours de l’offensive déclanchée la veille, le 25 septembre, sur un front de 27 km entre Aubérive et Ville-sur-Tourbe.
D’abord enterré dans une tombe collective, il fut inhumé en 1919 dans une sépulture individuelle dans le cimetière de Mourmelon-le-Petit. Son corps fut de nouveau transféré en novembre 1920, cette fois dans la sépulture familiale du cimetière de Sillery, son village natal. L’abbé Fendler accompagna la famille dans tous ces moments. Un vitrail offert par ses parents, en sa mémoire, se trouve dans le collatéral gauche de l’église Saint-Remi à Sillery.

Texte extrait de la préface du Journal de Maurice Lasalle, rédigée par son neveu, le Colonel Maurice Loret.
Une copie de ce journal est disponible au secrétariat de la mairie de Sillery. Il a été déposé aux archives de la commune par son autre neveu M. Jean-Marie Loret.

Consultez le « Journal de guerre » de Maurice Lasalle.

Aucun commentaire